LE CHANT DES DEPORTES

 

 Le Chant des déportés ou Chant des marais (en allemand Moorsoldatenlied, « chanson des soldats de marécage », ou Börgermoorlied, « chant de Börgermoor ») est un chant composé en 1933 par des prisonniers du camp de concentration de Börgermoor dans le Pays de l'Ems en Basse-Saxe.

 A l'entrée du site du camp de concentration de Börgermoor, à Surwold, près de Papenburg, Emsland (Allemagne), la pierre présente les paroles du 1er couplet et du refrain.

 Les paroles de cette chanson ont été écrites par le mineur Johann Esser et l'acteur et metteur en scène Wolfgang Langhoff, la musique composée par Rudi Goguel, un employé de commerce ; tous trois étaient détenus au camp de concentration de Börgermoor, et, pour affronter avec courage leur travail épuisant, ils élaborèrent ce chant évoquant leurs souffrances et leurs espoirs.

 Les détenus du camp étaient pour la plupart des adversaires politiques du régime nazi. Le titre de la chanson évoque les travaux forcés dans les marécages du camp : culture à l'aide d'outils rudimentaires.

 Quelques-uns des déportés de Borgemoor, libérés à l'issue de leur condamnation, choisirent de s'exiler et firent connaître le chant en Angleterre ; c'est là qu'en 1936, le compositeur Hanns Eisler, collaborateur musical de Bertolt Brecht, en fit une adaptation pour le chanteur Ernst Busch. Celui-ci rejoignit en 1937 les Brigades internationales en Espagne, de sorte que le Chant des déportés, chanté par les volontaires allemands des Brigades, acquit rapidement une grande notoriété.

 Parallèlement, il se répandit en Allemagne, d'un camp de concentration à l'autre, puis en Pologne occupée, et finit même par atteindre certains déportés du camp d'extermination d'Auschwitz.

 De ce chant, il a été créé des versions dans différentes langues et a été chanté le 27 août 1933 lors d'un événement appelé Zirkus Konzentrazani (Cirque des concentrationnaires) ; les chanteurs étaient issus pour la plupart de l'association ouvrière de chant de Solingen.

 Il existe plusieurs versions de ce chant populaire, qui sont très semblables les unes aux autres.  

(source wikipédia)

MUSIQUE CLIQUEZ  ICI 

 

 

 

REFRAIN

Ô terre de détresse

Où nous devons sans cesse

Piocher.

Couplet III

Bruit des pas et bruit des armes

Sentinelles jour et nuit

Et du sang, des cris, des larmes

La mort pour celui qui fuit.

couplet I

Loin vers l'infini s'étendent

De grands prés marécageux

Et là-bas nul oiseau ne chante

Sur les arbres secs et creux

Couplet IV

Mais un jour dans notre vie

Le printemps refleurira

Libre alors, ô ma patrie

Je dirai : Tu es à moi.

Couplet II

Dans ce camp morne et sauvage

Entouré d'un mur de fer

Il nous semble vivre en cage

Au milieu d'un grand désert.

DERNIER REFRAIN

Ô terre d'allégresse

Où nous pourrons sans cesse

Aimer. (Bis)