ACCUEIL

 

 BIENVENUE SUR LE SITE DE

 

L’UNC DU CANTON DE SAINT VIVIEN DE MEDOC

 

 

Ce site s’adresse à toutes celles et ceux qui souhaitent participer à la pérennisation

du souvenir et de la mémoire relatifs aux divers conflits.

 
Vous y trouverez des informations concernant:

- les diverses aides que nous pouvons apporter dans les démarches liées au

  monde combattant notamment dans le domaine social, décoration, transports

  en Gironde, carte de stationnement, pension militaire d'invalidité, etc... 

 
-  les aides que nous pouvons apporter, dans l’établissement des dossiers, des

   demandes diverses, des secours, etc..
 

- L'onglet BLOG vous permettr de voir les billets publiés.

- les conditions d’adhésion et les catégories d’adhérents. 

 

Pas besoin d’être ancien combattant au sens propre du terme, pour adhérer.

Il suffit simplement de vouloir  participer à la vie de la citée au sein d'une

association dynamique. 

 

 

L’UNC du Canton de Saint Vivien de Médoc, participe activement à l’animation

du chef lieu de canton. 



 


Nous espérons que le travail effectué vous apportera aide et information 

et si vous êtes satisfaits, faites le savoir et n’hésitez

pas à nous rejoindre
ou à nous contacter.

 

    L’équipe de l’ UNC du Canton de Saint Vivien de Médoc vous remercie de votre visite

Le Président

Jean-Emile LE DORVEN

 

 ***

 Saint Vivien de Médoc se trouve là ......http://maps.google

 ***

 

Nous contacter : unc-stviviendemedoc@orange.fr

 

 ***

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Michel DESSEIN NOUS A QUITTE

Né le 05 Novembre 1939 à Saint Brieuc, notre camarade et ami, Michel DESSEIN nous a quitté le 10 juin après avoir lutté contre la maladie.

 

Engagé à 18 ans, il intègre l’Ecole militaire d’artillerie à Chalon sur Marne le 01 janvier 1958.  Par son travail et son sérieux il est promu Maréchal des Logis le 1er  décembre 1958 et obtient ses brevets d’électronicien d’artillerie qui lui permettent d’accéder au corps des sous-officiers de carrière.  

 

Au cours de sa carrière militaire, du 01 janvier 1958 au 30 juin 1973, il a effectué plusieurs séjours en Afrique du Nord, dont quatre ans au Maroc en qualité d’instructeur à l'école royal d'artillerie de Fez.

 

Ses actions lui ont  valu une citation à l'ordre du régiment et une blessure de guerre.

 

Il  quitte l’armée le 30 juin 1973 après 15 années de service, avec le grade d’Adjudant/Chef et intègre l’administration de phares et balises au Verdon sur Mer du 1er  juillet 1973 au 31 décembre 1980 en qualité d’agent de maitrise.

 

De janvier 1981 au 31 décembre 1995, c’est en qualité d’artisan en Radio-Télévision - et radio maritime qu’il s’installe à Saint Vivien. 

 

Parallèlement à ses activités professionnelles, il s’engage dans le monde associatif où il laisse des traces bien visibles aujourd’hui.

 

En 1975, il fonde le Syndicat d'initiative du Verdon sur mer où il  assure la présidence jusqu’en 1980 puis les fonctions de trésorier.  

 

Son attachement au monde combattant et à la transmission de la mémoire l’amène en 1978  a créer la section de l'Union Nationale des Combattants du Verdon sur mer et en assure la présidence jusqu'à son installation à St Vivien en 1980.

 

Toujours actif et pour la promotion de son village, du canton et de la région, en 1989 il fonde l'Office du tourisme de St Vivien de Médoc.

 

Il  intègre l’UNC de St Vivien où il assure  les fonctions de trésorier et apporte la sonorisation des cérémonies.

 

De par sa carrière militaire, il est titulaire de la Médaille Militaire, de la  Croix du combattant volontaire, de la Croix de la Valeur Militaire, du Titre de Reconnaissance de la Nation, de la Médaille commémorative d’AFN.

 

Par son action liée à la connaissance, à la découverte et au développement de ce Nord Médoc qu’il aimait tant, où il  était connu et reconnu il a été récompensé par la médaille du tourisme, l’équivalent de l’Ordre National du Mérite pour le tourisme.  

 

Aujourd’hui, c’est non seulement à un camarade, mais c’est aussi à un ami à qui nous rendons un dernier hommage.

 

Au nom de l’Union Nationale des Combattants, des Médaillés  Militaires et des associations patriotiques, nous présentons nos plus sincères condoléances à sa famille, ses enfants et petits-enfants.

 

Sa présence nous manquera.

Lire la suite

CARTE COMBATTANT 62/64 FIN DU COMBAT

 

ENFIN,

 

l' ETAT reconnait la qualité d'ancien combattant à ceux et celles qui ont été envoyés en Algérie entre le 2 juillet 1962 et le 1er Juillet 1964.

 

Par communiqué de presse du 28 Mai 2018, madame DARRIEUSSECQ, secrétaire d'Etat près de la Ministre des Armées a annoncé que la carte du combattant pour les 62/64 ( du 2 juillet 1964 au 1 juillet 1964) serait accordée.  Cette mesure tant attendue par ceux dont la jeunesse a été prise par l' Etat, devrait être actée dans la prochaine loi des finances pour 2019.

 

Donc dès 2019, vous pourrez présenter vos demandes de carte du combattant et de retraite du combattant MAIS, attendre les modalités car il ne serait pas impossible qu'une date soit fixée pour déposer les dossiers (exemple le 01/09/2019 ) .

 

 

https://www.defense.gouv.fr/salle-de-presse/communiques/communiques-de-genevieve-darrieussecq/communique-de-genevieve-darrieussecq-secretaire-d-etat-aupres-de-la-ministre-des-armees

 

 

LE COLONEL René FAURE NOUS A QUITTE

 

Né le 13 novembre 1920 à Villeurbanne, le Colonel René FAURE s’est éteint le 10 mai 2018.

Le Colonel René FAURE était adhérent et a été administrateur puis vérificateur aux comptes de l’UNC de Saint Vivien de Médoc jusqu’en 2013.

 

Engagé volontaire le 7 Mars 1939, il intègre le 12° chasseur à cheval et après avoir participé aux batailles des Ardennes, de Belgique et de Dunkerque, il est fait prisonnier en Hollande d’où il s’évade en « empruntant » les vêtements d’un épouvantail à moineaux et le vélo d’un allemand.  Repris à Saint Valéry en Caux le 11 juin 1940. Transféré en Allemagne, il s’évade du camp d’Emmerich le 19 Aout 1940. Son périple lui permet de rejoindre l’armée en Algérie le 6 janvier 1941 en tant que sous-lieutenant.

 

A l’occasion d’une permission, il revient en France, mais la zone « libre » venant d’être occupée, il ne peut rejoindre son régiment et en tentant de rejoindre l’Espagne, il est arrêté par la feldgendarmerie.  Incarcéré à la prison d’Angoulême il est dirigé sur un camp en Allemagne et pendant son transfert il s’évade du train en gare de Paris le 13 Juillet 1943 et rejoint la résistance où il entre, en tant que S/Lieutenant dans le groupe « Libération Nord ».

 

Ses diverses missions l’amène sur Lyon où il est arrêté par la gestapo. Après plusieurs mois d’incarcération,  il réussit à s’évader de nouveau et regagne la région parisienne où participe à la libération de l’hôtel de ville de Paris  le 19 aout 1944 et fut blessé le 23 aout 1944.

 

Il intègre l’armée d’active le 10 octobre 1944 comme sous-lieutenant au 18ème  régiment de Dragons. Il séjourne en Allemagne jusqu’en 1946 puis rejoint le 30° Dragon en Tunisie.

 

C’est comme capitaine qu’il arrive à Saïgon en septembre 1953. En 1957, il devient sous-directeur de l’instruction des divisions blindées.

 

En Algérie, on lui confie l’organisation de l’autodéfense de nombreux villages, ce qui lui vaut d’être nommé à la tête d’une harka. La situation incertaine du sort réservé aux harkis et à leurs familles, lui importent. Aussi, sur ses fonds propres, il affrète un bateau permettant une trentaine de harkis et leurs familles de rejoindre la France et de les installer dans un village des Ardennes. Il estime alors que c’était son devoir.    

 

Il regagne la France et rejoint le 9° Hussard à Reims fin 1962, puis le 18° Dragon.  

 

Parallèlement à sa carrière militaire, il pratique l’équitation à haut niveau et fut présélectionné pour les jeux olympiques de Rome en 1960.  

 

Nommé Lieutenant-Colonel en 1969 puis colonel en 1971 et fait valoir ses droits à la retraite. Rayé des cadre en 1972  et  entreprend une carrière civile  à la société nationale des poudres et explosifs au siège parisien.

Le Colonel René FAURE, avait fait l’objet de sept citations ce qui lui a valu  d’être     Commandeur dans l’Ordre National de la Légion d'honneur et dans l'Ordre National du Mérite.

Il était titulaire, en autre, de la Croix de guerre 1939-1945, de la Croix de guerre TOE,  de la Valeur Militaire, de la Médaille de la Résistance, de la Médaille des évadés, de la croix du combattant volontaire 39/45, et diverses médailles commémoratives.

 

Les honneurs lui ont été rendu le lundi 14 mai 2018 à Lesparre (Gironde).

 

Ses obsèques ont été célébrées le 17 mai 2018 en l’église de HAUTMOUGEY, village des Vosges où il repose près de son épouse Madeleine, ancienne combattante, décédée en 2013.

 

L’UNC perd un de ces Hommes exemplaires et réitère à la famille ses plus sincères condoléances.

Lire la suite

Vous êtes le 115891ème visiteur

Saint-Vivien-de-Médoc

Ciel dégagé 26 °C

Ciel dégagé

  • Min: 26 °C
  • Max: 26 °C
  • Vent: 29 kmh 40°

Date de dernière mise à jour : 17/06/2018

×