J'AI FAIT UN REVE ou LES PUNIS DE LA GUERRE 39/45

J'AI FAIT UN REVE


ou


LES PUNIS DE LA GUERRE 39/45

     Dans son allocution du 7 Novembre 2013, donnant  le coup d'envoi d'un cycle de commémorations du centenaire de la Première guerre mondiale, le Président de la République a déclaré  que  «Ce temps de mémoire arrive à un moment où la France s'interroge - C'est pourquoi je veux donner un sens à l'acte même de commémorer». Et de scander : « Commémorer, c'est saisir la force des générations qui nous ont précédé», «c'est rappeler que la République ne doit avoir peur de rien», «c'est savoir d'où l'on vient», «c'est renouveler le patriotisme, celui qui unit, qui rassemble et n'écarte personne», «commémorer c'est porter un message de confiance dans notre pays», «c'est vanter l'audace du Français libre».


 Il a poursuivi en déclarant :  «Je souhaite au nom de la République qu'aucun des Français qui participèrent à cette mêlée furieuse ne soit oublié», en parlant des Fusillés.

      Lors des discours du 11 novembre, nous avons entendu parler  d'Unité Nationale et dans son message le Secrétaire d'Etat aux anciens combattants écrit que la "France exprime  sa reconnaissance et sa solidarité aux hommes et aux femmes morts pour la France,  à tous leur compagnons d'arme et à celles et ceux qui continuent de porter leur mémoire".  

  

      Comme il y a loin des paroles aux actes!.  Comment peut-on parler d' Unité Nationale, quant l'ETAT, se désintéresse d'une partie de ceux qui se sont engagés pour combattre le Nazisme?

      Alors, en me remémorant toutes les paroles,  touts les discours entendus, dans la nuit du 11 au 12 Novembre 2013, comme  Martin Luther King au Lincoln Mémorial de Washington le 28 août 1963, lors de son discours contre la discrimination qui sévissait aux USA

  "I have a dream" - (J'ai fait un rêve).  

 

      J'ai fait le rêve que  les députés avaient décidé de faire disparaitre la discrimination faite aux mobilisés de 1939 à 1940 et aux  engagés volontaires d'après juin 1940,  à qui l'on refuse le statut d'ancien combattant, au prétexte qu'ils étaient affectés dans une unité dite "non combattante", comme l'étaient les centres d'instruction ou l'aviation renaissante (1944). Ces engagés ou mobilisé ont-ils démérité?

  J'ai fait le rêve qu'au cours des débats, on disait aux "ainés",  " Grâce à vous, nous pouvons vivre LIBRE et en DEMOCRATIE. Aujourd'hui l'ETAT, reconnaissant, va réparer l'injustice qui vous frappe depuis 70 ans".

      J'ai fait le rêve que  le groupement d’intérêt public (GIP)  pour la Grande Guerre, créé expressément pour commémorer le centenaire de la Première Guerre mondiale, appelé La Mission du centenaire  mais aussi le soixante-dixième anniversaire du débarquement de Normandie, prémices  de  la Libération de la France, serait l'occasion pour  l' ETAT de rendre justice à ces OUBLIÉS et PUNIS de la guerre 39/45, puisque pour ces deux séquences mémorielles majeures en 2014,   le budget consacré à la politique de mémoire a été  augmenté de 6 M€ passant de 11 à 17 M€. (projet de loi des finances - anciens combattants - Point N° 7)   

  

     J'ai fait le rêve de voir ces REJETÉS de 39/45, traités de la même façon que leurs homologues Français qui ont participé à la Guerre d'Espagne entre le 17 juillet 1936 et le 27 février 1939)  et qui se voient attribuer la qualité d'ancien combattant.. (sans condition de temps ou d'unité).  (Article L 253 sexies du CPMI,) 

 

     J'ai rêvé qu'en ce 11 Novembre 2013,  nos  Responsables Gouvernementaux et Elus, avaient fait, comme le 4 Aout 1914, l'UNION SACREE  autour du projet de loi 525 déposé à l'assemblée nationale le 12 /12/2012 par le député Favenec  et avaient voté le nouvel article L 253 septies proposé ainsi rédigé:  '«  Ont vocation à la qualité de combattant dans les conditions prévues à l’article R. 227, pour les opérations effectuées entre le 2 septembre 1939 et le 8 mai 1945, les militaires des armées de terre, de mer et de l’air ayant appartenu à une unité quelle qu’elle soit pendant trois mois consécutifs ou non. »

 

     J'ai rêvé que ce vote UNANIME mettait fin à cette DISCRIMINATION  contraire à l'article 14 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales, (ratifiée par la France  par décret du 3 mai 1974)

 

      J'ai rêvé que ce qui avait été accordé aux uns (14/18 et AFN) avait été accordé aux autres, ceux de 39/45.

 

     J'ai rêvé  de JUSTICE, et  que l'article L1 du Code des Pensions Militaire d'Invalidité pouvait enfin être  appliqué et que désormais l'on pouvait dire que devant ces RÉHABILITÉS,  La République française, reconnaissante envers les anciens combattants et victimes de la guerre qui ont assuré le salut de la patrie, s'incline devant eux et devant leurs familles.... 

 

     J'espère que ce rêve deviendra une réalité avant que Dame Nature ne fasse son œuvre et que ce rêve ne soit pas le titre du chef d'œuvre de Jean Renoir (1937), présenté sur le site du Centenaire : LA GRANDE ILLUSION. 

 

A  LA GLOIRE DE NOS ANCIENS

QU'ILS NE SOIENT PAS LES OUBLIÉS POUR L'EXEMPLE

CAR LA GUERRE, ILS N'EN SONT PAS RESPONSABLE!

J-E LE DORVEN 

 

UNC ancien combattant 11 novembre guerre 39/45 guerre 39/45 carte combattant carte du combattant